FORUM QUE CHOISIR
Que Choisir : Expert - Independant - Militant
retour au site

Prix de l’électricité

DELAHAIS
Consom'acteur *
Consom'acteur *
Messages : 1
Enregistré le : 20 mai 2021, 11:11

Prix de l’électricité

Messagepar DELAHAIS » 22 mai 2021, 18:12

De mon point de vue « Que Choisir » s'élève à juste titre contre les augmentations de l’électricité, près e 50 % en dix ans alors que l'inflation était de 12,4 %, c'est insupportable. Il me semble évident que c'est le résultat, qui était d'ailleurs prévisible en grande partie, de la stupide politique énergétique menée en France depuis une quinzaine d'année par nos gouvernements successifs qui se sont soumis aux desiderata de la commission européenne obsédée par la concurrence et sa volonté de détruire les services publics à la française. C'est ainsi que le démantèlement d'EDF, ce joyau français issue des principes posés par le programme du Conseil National de la Résistance, est déjà bien entamé. Le réseau est un monopole naturel et pour des raisons de stratégie, de sécurité, d'environnement la production, nucléaire et l'essentiel de l'hydraulique, doit être exercée sous monopole public. Ainsi l’ouverture de la distribution d’énergie à la concurrence ne pouvait être qu'un échec qu'elle est manifestement et de fait au détriment des usagers de l'électricité.

Aussi les conclusions de « Que Choisir » posent pour le moins question :

I « Enfin, dans l’attente de la mise en place d’une nouvelle régulation de l’accès au nucléaire, l’UFC-Que Choisir demande au gouvernement un déplafonnement immédiat des volumes d’ARENH accessibles par les fournisseurs alternatifs, pour mettre un coup d’arrêt à la spirale inflationniste actuelle ».]

Pour moi ce mécanisme ne doit pas être déplafonné, il doit être supprimé au plutôt parce qu'il contribue au démantèlement d'EDF et à la hausse des tarifs.

Je considère que l'ARENH est un scandale, un pillage institutionnalisé
Les concurrents d'EDF le plus souvent ne produisent rien , ce sont de simple négociants, ils achètent l'électricité pour la revendre à leurs clients et font les « affaires du siècle » : lorsque les prix sont bas sur le marché, inférieur à 42 € le MWh, ils se fournissent sur le marché spot mais lorsque les prix montent et dépassent ce seuil ils utilisent le « droit de tirage » dont ils dispose sur l'électricité nucléaire produite par EDF. Ce mécanisme, l’ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) mis en place, à l'instigation de l'Union européenne pour instaurer dans le domaine de l'électricité la soi-disant « concurrence libre et non faussée » (sic), oblige EDF-producteur à alimenter les fournisseurs « alternatifs » en énergie nucléaire au prix régulé de 42 €/MWh (pour une quantité fixée initialement à 100 TWh, soit un quart à un tiers de la production nucléaire totale). En 2019, alors que la consommation était assez élevé ces « alternatifs » ont demandé et obtenu, lors du vote par le parlement du projet de loi Énergie et climat, une augmentation à 150 TWh de cette manne1. Au printemps 2020 le confinement et la baisse consécutive de la consommation d'électricité ont provoqués une forte baisse des prix du marché (des prix négatifs ont même été atteints à certains moments). Mais les affaires sont les affaires et ces « alternatifs » ne se satisfont pas d'avoir déjà le beurre et l'argent du beurre. Prétextant alors un manque à gagner puisque les prix du marché étaient plus bas et en application du sacro saint principe « privatisation des profits et socialisation des pertes » , ils ont prétendu, au nom d'une clause de force majeur,e qu'ils n'avaient pas à honorer l'achat des quantités qu'ils avaient réservées à l'ARENH2. Face au refus d'EDF ils ont entamé diverses procédures, Ils n'ont heureusement pas eu gain de cause devant le Conseil d’État qui a rejeté leur requête, par contre le Tribunal de commerce de Paris leur a donner satisfaction et EDF a fait appel.

Avec l'ARENH. Il s'agit en fait d'une forme particulière de privatisation d'un bien public qui ne dit pas son nom et qui peut être qualifiée de privatisation rampante puisque le « droit de tirage » a été augmenté et qu'il pourrait encore croître dans l'avenir. Les centrales nucléaires représentent un patrimoine national qui a été essentiellement financé, au cours des ans, par les Français usagers de l'électricité. Attribuer une part de la production, dans les conditions relatées ci-dessus, à des distributeurs privés qui en profitent pour faire de juteux bénéfices est une forme de privatisation encore plus scandaleuse que celle qui fut appliquée, par exemple, pour les autoroutes. En effet ces dernières ont été acquises, à un prix certes très contestable par les concessionnaires, mais ces sociétés aujourd'hui ont la responsabilité de ces équipements et en assurent, l'entretien et le fonctionnement ; tandis que les distributeurs « alternatifs » n'ont investi aucun capital, n'assument aucune charge et ne partagent aucune responsabilité, ils n'ont tout simplement qu'à s'approprier une part de la « rente nucléaire ». C'est le pillage institutionnalisé d'un bien public. Tout ceci n'empêche nullement la plus part d'entre eux de déclarer dans leurs publicités qu'ils vendent de l'électricité « verte » : sous entendue provenant d'éolienne ou de photovoltaïque (certains sont même recommandés par Greenpeace sur son site). Pour donner un semblant de véracité à cette supercherie il leur suffit d'acheter des certificats « Garantie d'Origine » (GO) puisque un producteur d’électricité renouvelable peut vendre séparément son électricité et ses garanties d'origines à des acteurs différents. Ainsi un fournisseur d'énergie peut acquérir le droit de dire qu’il est 100% renouvelable puisqu'il a payé. On peut toutefois noter, que les moins malhonnêtes indiquent quelque part en tout petits caractères qu'ils se fournissent périodiquement à l'ARENH.

II « Le maintien d’une régulation de l’accès à l’énergie d’origine nucléaire produite par EDF à un tarif reflétant les coûts réels de production du nucléaire et excluant toute prise en compte des coûts en lien avec les dérives financières liées à l’EPR de Flamanville ; ».

Je trouve cette position pour le moins curieuse : Ou bien EDF conserve son monopole et elle ne doit pas avoir de concurrents ; ou bien elle est exposé à la concurrence et dans ce cas la partie de sa production qu’elle vend à ses concurrents devrait l’être au prix du marché comme le font tous les autres producteurs, soit à un prix bien supérieur à l'ARENH quand les prix montent, comme ce fut encore le cas il y a encore quelques jours : selon RTE entre 80 et 100 €/Mw aux heures de pointe. Quant au coûts liés aux dérives financières de l'EPR, qui les prendra en compte si ce n'est EDF ? De toute façon, d'une manière ou d'une autre, ces coûts seront en définitive supportés par l'usager ou par le contribuable et seront vraisemblablement très inférieurs aux surcoûts des renouvelables intermittents financés eux par des subventions publiques et la Contribution au Service Public de l’Électricité CSPE.

III «  Le maintien d’un tarif réglementé de vente de l’électricité, ce tarif devant être orienté vers les coûts de fourniture réellement supportés par EDF. »

Je suis évidemment favorable au maintien d'un tarif réglementé de vente de l'électricité mais je ne vois pas pourquoi il serai réduit aux seuls coûts de fourniture à moins que ceux ci comprennent la totalité des charges supportées par EDF.

Avatar du membre
valioud
Consom'acteur *****
Consom'acteur *****
Messages : 2889
Enregistré le : 03 mai 2020, 16:04

Re: Prix de l’électricité

Messagepar valioud » 24 mai 2021, 11:50

Quand l'énergie est bon marché, les gens gaspillent.

Mieux vaut prendre le problème par l'autre bout et réduire le nombre de passoires énergétiques.


Que faire en cas de litige ?

UFC-Que Choisir
UFC-Que Choisir


Un problème juridique - Abonnement intégral Que Choisir + 4 questions juridiques

 


  • A lire aussi
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Electricité - Gaz »



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

En savoir plus